Route : un chantier d’exception à Saint-Laurent-d’Agny pour MGB

Sept mois de travaux ont été nécessaires pour livrer ce bassin de rétention de 12 800 m3 situé aux abords de Mornant : mandataire du marché commandé par la COPAMO, l’entreprise MGB (SERFIM Route) a illustré ses savoir-faire et mobilisé les expertises du groupe sur ce vaste chantier de terrassement et d’assainissement.

vignette-mgb-bassin-171120

Fruit d’un enjeu stratégique pour la Communauté de Communes du Pays Mornantais, l’extension de la zone d’activités économiques des Platières nécessitait une mise en conformité de sa situation hydraulique. L’opération doit passer par l’aménagement d’un bassin de rétention des eaux pluviales, afin de pallier les débordements occasionnés par les orages violents, et d’une cuve de stockage pour contenir les pollutions accidentelles. C’est MGB qui décroche le marché.

mgb-bassin-retention-news

Une opération sous contraintes

Ce chantier de terrassement de 35 000 m3, amorcé en novembre 2019, s’articule autour de plusieurs contraintes. « Un dispositif de protection des eaux du Brulon, à proximité immédiate, a dû être mis en place, explique Denis Crozet, chargé d’affaires MGB. Le voisinage d’une route départementale très fréquentée a exigé une gestion particulière des poids-lourds pour limiter la gêne du trafic, avec notamment l’aménagement d’une piste provisoire et la définition d’un sens de circulation. Enfin, en cours de terrassement, les équipes ont mis à jour des sols pollués. »

MGB fait spontanément appel à Serpol pour caractériser la nuisance. L’entreprise de SERFIM Dépollution identifie des métaux lourds. Un protocole opératoire est défini puis validé. « Le terrain a été méthodiquement sondé grâce à un maillage de parcelles de terres qu’une technicienne prélevait et analysait chaque jour », rapporte Mathieu Vieilly, ingénieur d’affaires Serpol. Cette phase de dépollution, non prévue dans l’appel d’offres, sera réalisée à moindre coût, à la plus grande satisfaction du client.

mgb-serpol-bassin-news

Solutions innovantes

La Covid-19 stoppe le chantier pendant plus d’un mois. L’opération se poursuit en avril, les gestes et équipements barrières en plus. Les déchets industriels banals découverts sont traités au crible et orientés vers des plateformes de recyclage, les blocs de bétons concassés revalorisés en couche routière.

Le chantier se clôt avec l’installation de deux cuves de stockage de 25 m3 munies d’un système de vannes visant à éviter les éventuels rejets de pollution dans le milieu naturel. « Nous sommes fiers des solutions innovantes mises en oeuvre pour mener à bien ce chantier, et de la confiance que nous réitère la COPAMO au gré des collaborations », conclut Denis.

 

Données clés du chantier :